Réviser le management pour libérer l’initiative !

En ce mois de mai il y a un petit vent, une brise légère, un filet d'air frais porteur d'optimisme et de dynamisme qui se faufile.

17/05/2017 | Tags : direction, employeur, management, projet, travail

Peu importe que cet aquilon soit authentique ou inventé par des communicants. Servez-vous de cette bouffée printanière pour dépoussiérer quelques pratiques de management dans vos entreprises et vos administrations. Au lieu d’espérer de l’extérieur toujours coupable, opérez à un ménage en profondeur de votre intérieur. Révisez les processus, vérifiez l’adéquation de l’organisation et des outils de travail, examinez la pertinence des systèmes d’information. Vous trouverez les solutions souhaitées.

cohésion 2Libérer et alléger les processus, combattre la bureaucratie !

Est-il utile que le recrutement d’un collaborateur, une fois clos, soit validé par six personnes ? Est-il indispensable que les trois exemplaires du bordereau de demande de fournitures remontent la hiérarchie pour que le DGA les vise ? Est-il normal que ces trois exemplaires du bordereau fassent doublon avec le formulaire dématérialisé ? Est-il nécessaire d’attendre l’autorisation du « big-boss » pour déployer une action qui rentre dans le cadre du projet ? Est-il raisonnable de rester en stand-by dans une opération qui est dans les clous parce qu’on ne sait pas si on a le droit d’avancer ? Des mécanismes de prise de décision lourds, une administration hypertrophiée et l’absence de délégations claires freinent le fonctionnement et brident l’initiative.

C’est le moment d’offrir une cure d’allègement aux procédures. Ensuite vous rappellerez aux services fonctionnels qu’ils viennent en appui de la stratégie et de l’opérationnel et pas l’inverse. De même,  on signalera que la rigueur et le professionnalisme ne se mesurent pas à l’épaisseur des dossiers et au nombre de formulaires à compléter ! Brisez les carcans, bougez les lignes : déléguez vraiment !

silosDébusquer les chasses-gardées, annihiler les féodalités, dénoncer les principautés !

Nous sommes dans l’ère de la transgression et de la disruption ! En conséquence il n’y a plus ni gauche, ni droite, ni devant, ni derrière, ni milieu, ni centre ! Pour le haut et le bas nous ne savons pas encore ! Plus sérieusement, l’accroissement des normes et spécifications conduit à l’aggravation de la pression bureaucratique sur les organisations, à l’outrance dans le contrôle. Donc les fonctions de l’entreprise s’éloignent les unes des autres. L’organisation interne s’ordonne insidieusement en silos juxtaposés, séparés. Tandis que chaque silo devient le territoire réservé de celui ou celle qui le dirige et de ses équipes. La communication et les négociations ne s’effectuent qu’au niveau stratégique le plus élevé. En outre, les échanges se déshumanisent : la messagerie devient une application synchrone de production chronophage et inadaptée. Nous perdons le contact avec notre environnement et le sens de l’orientation.

Réagissez : ajoutez de l’horizontalité et de la transversalité ! Créez et faites systématiquement travailler des équipes pluridisciplinaires, multifonctionnelles et pluri-statutaires. Ne discriminez plus les centres de coûts et les des centres de produits. Obligez les cadres supérieurs à se former en management. Obligez-les à collaborer et à instaurer des espaces de coopération inter services. Restaurez la confiance. Allégez le poids hiérarchique en valorisant les lignes fonctionnelles. Vous redonnerez l’envie et vous réveillerez l’intelligence collective. Tout le monde y gagne !

cohésionClarté et partage !

Savez-vous que 13% de vos collègues vous soupçonnent de cultiver l’opacité et la rétention d’information[1] ? C’est trop. Voilà une franche accusation de dissimulation ! Le manque de clarté dans l’expression des options et choix, buts et objectifs, arbitrages et décisions ne donne pas envie de s’investir. Inutile de pousser jusqu’à l’absurde l’adage selon lequel trop d’information tue l’information.

Ne transmettez plus les données à dose homéopathiques. Mais ne soyez pas dithyrambique ! Exprimez précisément la stratégie de l’entreprise ! Définissez les caractéristiques managériales qui, pour vous, comptent par-dessus tout. Affirmez sereinement et exactement le cap ! Ne vous cachez pas derrière votre statut pour justifier la conservation de données, c’est dépassé ! Faites de l’information un atout : organisez-là, faites-la circuler, rendez-la vivante. Communiquez moins : informez plus ! Protégez ce qui est stratégique et personnel. Distribuez toutes les informations indispensables à la réussite des projets. Vous motiverez vos collègues. Vous améliorerez les performances individuelles et collectives.     

 

Il y a dans nos organisations des excès de vérification, de surveillance, d’examen. Ils alourdissent les processus. Si bien que tout devient trop vertical, bureaucratique, pesant et inhibiteur. La logique de coercition l’emporte sur celle du pilotage. Elle brime l’initiative. L’attrait et la possession d’attributs de pouvoir génèrent des blocages. Par conséquent les personnes s’enferment dans des systèmes clos. Ce qui est contre-productif.  Les non-dits, les informations mal ou pas diffusées, les systèmes d’information inorganisés ralentissent les dynamiques. Et tout cela gêne la production. Ils pervertissent le climat social. Aérons en grand ! Et si ce n’est déjà fait : recommençons !

[1] Etude Oresys, mars 2017

agilité